21/09/2005

Visu 4

Interrogée au lendemain de ces retrouvailles présidentielles, Anne explique sa vision des choses :

Souvent, on est très peu surpris... la plupart des blogueurs sont très fidèles à eux-mêmes sur leur blog. Parfois ils se livrent plus sur leur page qu'en "live"; parfois c'est le contraire. Mais souvent le même ton, le même esprit... Un enfant a toujours un minimum de ressemblance avec (au moins l'un de) ses parents, même s'il les renie... La blogosphère... n'échappe pas à la règle.

Puisque plusieurs ne s’étaient jamais identifiés sur le net avant ce jour-là, sur base de quelle motivation va-t-on à la rencontre de gens dont on ne sait rien?

Le hasard n'est pas étranger aux rencontres... La plupart du temps, celles-ci se font en groupe; dès lors, l'un ou l'autre blogueur invite parfois quelqu'un d'autre... Et comme le thème "blog" est très fidèle aux conversations, on se découvre, on s'étonne... "Et toi, tu es blogueur, ou tu accompagnes quelqu'un ? Quelle est ton adresse ? De quoi traite ton blog ?" Puis on se lit et se relit...

Est-on à court de conversation au bout d’un moment, où l’expérience commune des blogs est-elle un sujet intarissable ?

La conversation comporte souvent peu de blancs,... me semble-t-il. On parle beaucoup des blogs, en effet, on donne des nouvelles de l'un de l'autre, on partage nos préférences.

Mais ensuite, il faut savoir sortir de cet "enclos": on se présente alors plus personnellement. C'est que nous venons de toutes les régions, avec des goûts très divers, d'où la qualité très enrichissante de ces échanges. Et curieusement, la confiance s'installe extrêmement vite. Curieusement ? Peut-être pas tant que cela, puisqu'en quelque sorte, nous nous connaissons... avant de nous rencontrer! C'est pourquoi beaucoup deviennent vite de vrais amis, dont l'entourage est souvent très surpris d'apprendre que cette amitié est parfois très fraîche et pourtant si complice, si solide.

Les conjoints/copains/compagnons (et équivalents féminins) trouvent-ils leurs compte s’ils ne sont pas weblogueurs ?

Instant de réflexion... cela dépend des personnes, comment elles perçoivent les blogs au préalable. Parfois, elles craignent que ce blog ne soit une porte ouverte sur une forme d'"intrusion" dans ce qui est parfois leur jardin secret... Elles y voient parfois un danger. C'est qu'il s'agit là de beaucoup de rencontres en peu de temps, de nouveaux visages qui font leur place, et qu'il est parfois difficile de poser les repères, se mettre en confiance.

L'autre difficulté est, pour elles, de "trouver leur place" au sein des conversations bloguiennes... Il arrive que l'attention "décroche" un peu, puisque les prénoms cités (ou devrais-je dire... les surnoms, puisque nous nous nommons autant par nos surnoms de blogs que par nos véritables prénoms) leur sont parfois étrangers. Mais entre blogueurs, nous tentons le plus possible de décoller du sujet "blog" pour leur laisser une place... et il n'est pas rare qu'à leur tour, les amoureux(ses) des blogueurs donnent à leur tour naissance à leur blog...

Est-ce d’abord une affaire de célibataires ?

Non, absolument pas. Pour l'heure, je ne connais aucun blogueur qui ait fait la démarche de créer son blog avec l'intention de faire des rencontres galantes. Même si les compagnes/compagnons ne sont pas toujours présents lors de nos rencontres de blogueurs, sauf erreur de ma part, lors du week-end dernier chez notre Valoouu, nous étions tous des personnes "casées"...Rares sont les blogueurs, dans le cas de notre petit "groupe" (une bonne dizaine à nous rencontrer régulièrement) à avoir largué les amarres. Le contact tend, au contraire, à s'approfondir avec le temps, et nous n'hésitons pas à sortir de la région pour se revoir. Aussi la navette Bruxelles-Liège n'a-t-elle plus de secret pour la plupart d'entre nous ;-)

Beaucoup ont, de plus, dans un coin de leur pensée, l'envie d'inviter l'un ou l'autre "nouveau" lors de la rencontre suivante. C'est ainsi que le groupe s'élargit, s'enrichit aussi, par ces différences. Le "visuel" n'est qu'un moyen de se découvrir davantage, tisser de nouveaux liens.

A propos du visu

Frédérique, elle aussi, a suscité des visu, car c’est, selon elle, une suite assez logique, tout autant qu’une source de rencontre vraie. Mais sa discipline personnelle est réfléchie. Elle s’en explique pour dire l’importance du fait que le virtuel ne remplace pas les relations avec ses proches et que toute proportion doit être gardée entre ces deux vies parallèles :Je trouve effectivement intéressant de rencontrer des personnes avec lesquelles je discute presque tous les jours. Cela me permet, quand je les lis, de mettre un visage, un timbre de voix sur ce que je lis. Si j'ai la chance de pouvoir rencontrer certains de mes interlocuteurs, pourquoi pas ? Mais cela ne change en rien mon approche des autres blogs.

Ce que cela m'apporte ? Une chance de découvrir des êtres intéressants que je n'aurais peut-être pas rencontrés autrement. Cela me donne également la possibilité de partager des sujets, des passions, des textes avec d'autres personnes, de m'ouvrir un peu plus.

Mon entourage voit une différence entre l'avant blog et maintenant. Pour eux, je suis plus joviale qu'auparavant. Je dois cependant faire attention de ne pas trop parler de ça avec des personnes qui ne connaissent pas cet univers. Je ne veux ni les ennuyer, ni les exclure.

Je pense faire la part des choses. Je consacre du temps à mon blog pendant la journée, lors de mes pauses et de mon heure de table. Une fois sortie de mon travail, je ne me connecte pas. Je veux que mes rapports visuels conservent le premier plan.Je ne me connecte pas le week-end. Je ne donne aucun nom de personnes de mon entourage et j'essaie de ne pas les impliquer dans le contenu de mes textes. C'est une règle que je me suis fixée.Sinon, je pense effectivement que l'on peut très vite exclure les autres sans parfois s'en rendre compte. Bien avant d'avoir mon blog, je suis allée à une soirée organisée dans le cadre du travail de mon mari (il est éducateur). Lors du repas, les 9/10 des personnes parlaient d'un jeu online où ils étaient tous inscrits. Les 1/10 restant (dont je faisais partie) se sentait largué et nous avons commencé à parler entre nous. Il y avait donc deux groupes qui ne dialoguaient pas ensemble. Je me réjouissais d'aller à ce repas car j'allais voir des personnes que je ne vois presque jamais et que j'apprécie. Je n'ai pas eu l'occasion de parler avec elles pendant cette soirée. Cet épisode reste bien présent dans ma tête et je ne souhaite exclure personne de mes conversations.J'aime les blogs mais rien n'est plus important que mon entourage proche.Par exemple, lorsque j'étais en Turquie cet été, il y avait Internet à l'hôtel. Et bien, je ne me suis pas connectée une seule fois.Mon mari m'a dit à un moment : "Si tu veux écrire sur ton blog, profites-en, il y a une place de libre". Et bien, je n'en avais pas envie.

Maxime trouve même que les rencontres présidentielles ont de très nets avantages.A force de papoter sur le net, on a envie de passer à autre chose. Parce qu'on ne sait pas faire passer d'émotions sur le net. Rien ne remplace un vrai sourire ou une intonation de voix... et puis la nouveauté, découvrir une nouvelle personne, la connaître déjà un peu à la base...

Est-ce une rencontre qui réserve des surprises ? De quel genre ? Est-ce que se revoir plus fréquemment change les rapports ultérieurs dans leur dimension virtuelle ? Dans quel sens ?

Ca réserve toujours des surprises, bonnes ou mauvaises. Il se peut qu'on ne trouve rien à se dire alors qu'on est intarissable sur le net ou au contraire, connaître très peu une personne sur le net et devenir complètement accroc en vrai... Et il y a des surprises aussi, des gens que l'on a jamais vu qui passent vous dire bonjour, alors vous avez l'air fin, "mais t'es qui???". Et puis parfois aussi les gens qui vous sortent des choses sur vous que vous aviez oublié...

Oui, il se crée des choses entre les personnes qui ne peuvent se créer dans le virtuel : un lapsus qui devient un cri de ralliement, des photos drôles qui circulent, tout ça sont des choses qui ne pourrait pas se passer sur msn ou sur les blogs.

Pourtant, l’expérience a ses revers. On a beau être prudent, comme Frédérique le précisait, il reste vrai que les mots peuvent être lu à double sens, que les proches peuvent s’étonner de la facilité des confidences qui se créent, que les coups bas, tout intolérables qu’ils sont, s’échangent parfois sans autre forme de procès.

Sur cet aspect des blogs, Anne revient un moment pour nous dire ce qui fut sa motivation première et se faire écho de difficultés rencontrées par d’autres bloggeurs

Lorsque j'ai découvert l'existence des blogs, c'était si évident: "voilà un excellent moyen de partager mes textes avec d'autres, rencontrer des personnes qui partagent cette même passion d'écrire,... et à long terme" (plus long qu'un stage d'écriture par exemple).

Avant les blogs, j'avais, en une dizaine d'années, noirci cinq livres de textes, qui n'étaient pas exactement ce qu'on appelle un "journal intime". Ceux qui se trouvent aujourd'hui sur mon blog, pour 90% d'entre eux, avaient été au préalable écrits dans ces livrets de papier, parfois légèrement modifiés (j'évite par exemple de citer des prénoms, ainsi que les passages que j'estime être plus "personnels"). Alors, un besoin de reconnaissance, les blogs? Peut-être. Mais de partage également... celui-ci m'a beaucoup apporté.

Mais avec le temps, à la première raison est venue s'ajouter une seconde. C'est que le blog est un univers que je compare souvent à un "sous-terrain". Au-dessus, la vie. Métro boulot dodo. Les apparences. La course perpétuelle. La peur du dire. La peur de l'être. Une série de masques à porter indéfiniment.

Et le sous-terrain... comme je l'expliquais précédemment, la blogosphère est un univers où (la plupart du temps) on se livre, on se dé-masque, on est soi... Or c'est précisément ce que je cherchais, de manière presque maladive, dans la vie réelle: du vrai !

Est-ce important de concourir et/ou de faire voter (cela a l’air d’être le premier souci de certains...) ou d’être lu par beaucoup ?

Il est vrai que certains y attachent beaucoup d'importance, mais dans ce cas, c'est que leur blog traite moins de sujets "personnels". Ce sont souvent des blogs qui s'appuient sur des thèmes précis et plus ou moins extérieurs à la vie de leur auteur. En général, les "journaux intimes" se soucient moins d'être cotés ou visités par beaucoup de monde. Ce qui n'est pas si étonnant, puisqu'il s'agirait alors en quelque sorte de faire voter les lecteurs sur des "passages de leur vie" ... ce qui n'aurait pas vraiment de sens.

Aujourd'hui, nous sommes une dizaine de bloggeurs à nous rencontrer très régulièrement, pour un verre, une soirée ou un week-end. Certains sont devenus de vrais amis; l'un d'eux est aujourd'hui mon petit ami. Au départ, j'avais beaucoup d'appréhensions par rapport à ces rencontres. Ce n'était pas ce que je recherchais. De plus, je ne voulais pas offrir à d'autres ce que mon propre entourage méconnaissait de moi (je me livre cent fois plus sur mon blog que lors de mes contacts réels). Mais les rencontres sont à chaque fois une réussite, et c'est toujours avec plaisir que nous nous retrouvons.

Paradoxalement, même si on ne connaît pas (dans un premier temps) les bloggeurs avec qui on correspond, on a parfois tendance à dévoiler plus de nous qu'à l'entourage direct... Le voilà l'envers de la médaille... De plus, certains deviennent "accro" à leur blog (au même titre qu'MSN etc). L'entourage, quant à lui, accueille parfois mal qu'ils restent accrochés à leur écran en parlant de "relations humaines"... alors que les enfants et l'époux/se se sent quelque peu négligé. On offre "ailleurs" ce qu'on n'ose pas toujours offrir "ici".

C'est pour cela qu'il ne faut pas négliger l'enjeu qui se trouve là: le blog peut être un lieu de partage et/ou de rencontre, à condition de ne pas en faire un "remplacement" de ce qui existe déjà. Je crois que ce que l'on retire du blog, il faut pouvoir le laisser transparaître "en-dehors". Très curieuse d'ailleurs cette inversion: ce qui était le "dedans" avant le blog devient le "dehors"... Il faut y faire très attention.

Enfin, tu me demandais si d'autres blogueurs avaient rencontré des tensions, fait face à des différents sur leur blog... En effet, de nombreux sont ceux qui disent avoir eu, un jour ou l'autre, des remarques blessantes. C'est entre autres le cas de Nancy, qui a tout simplement replié bagage... Certains partent sans laisser d'adresse,... mais choisissent de donner naissance à un autre blog. Valoouu, quant à elle, a choisi de faire face et de continuer. Je lui accorde entièrement raison, puisque ce n'est souvent que passager. Les imposteurs se lassent vite.

16:09 Écrit par Mediacteur dans Témoignages | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.